Sauge des devins (Salvia divinorum)

Salvia L., 1753 est un genre de plantes spermatophytes dicotylédones de la famille des Lamiaceae, de la même famille que le thym et la menthe.

Étymologie

Le nom de genre appartient au latin « salvus » (= pour sauver, sûr, bon, sain) nom ancien de ce groupe de plantes aux propriétés médicinales présumées.

Le nom scientifique du genre a été défini par Linnaeus (1707 – 1778), également connu sous le nom de Carl von Linné, un biologiste et écrivain suédois considéré. père de la classification scientifique moderne des organismes vivants, dans la publication « Species Plantarum – 2. 1753 » de 1753.

Description

Ces plantes peuvent atteindre plus d’un mètre de haut (la hauteur moyenne fluctue autour de 50 cm). L’habit est herbacé annuel ou vivace, mais aussi arbustif. En particulier, la forme biologique dominante (du moins dans la zone euro-méditerranéenne) est l’emicriptofita scaposa (H scap), c’est-à-dire qu’il s’agit de plantes herbacées à cycle biologique pérenne, avec des bourgeons en hiver au niveau du sol et protégés de la litière ou de la neige et protégés. équipé d’un axe floral vertical et souvent sans feuilles. D’autres formes biologiques sont également présentes telles que la camefita suffruticosa (Ch suffr), le fanérophyte touffu (P caesp), le scaposa terofita (T scap) ou l’hémicryptophyte biique (H bienn). Souvent, ces plantes sont aromatiques ou gluantes. La pubescence est formée de poils simples ou rarement dendroïdes (ramifiés).

Roots

En général, les racines sont du type fasciculé; mais il y a aussi des racines épaisses avec de nombreuses branches rhizomateuses …

Fusto

La partie aérienne de la tige est simple ou très ramifiée; peut être ligneux à la base. Les tiges ont une section quadrangulaire (en raison de la présence de faisceaux de collenchyme placés dans les quatre sommets).

Feuilles

Les feuilles ont généralement 2 ou 2 caulines opposées (chaque tour est pivoté de 90 degrés par rapport à celui ci-dessous). Le limbe de la feuille peut être simple, denté, lobé ou pennatifida ou pennatosetta. Les feuilles épineuses sont rarement présentes. La couleur est plus ou moins gris-vert; ils sont également riches en huiles essentielles.

Inflorescence

Les inflorescences sont axillaires (ou terminales) de type panicolato, spiciforme ou tirsoïde et sont formées par des verticillastri de fleurs plus ou moins unilatérales (aspect asymétrique caractéristique de la famille des Lamiaceae); les tours sont superposés et espacés; les plus bas peuvent être enveloppés dans une paire de feuilles (bractées). Les bractées peuvent être colorées et persistantes (elles sont rarement épineuses). Les bractées peuvent être présentes ou non.

Fleurs

Les fleurs sont hermaphrodites, zygomorphes, tétracycliques (avec les quatre verticilles fondamentales des angiospermes: calice – corolle – androceo – gineceo) et pentameri (chaque spirale a plus ou moins 5 éléments).

  • Formule florale. Pour la famille de ces plantes, la formule florale suivante est indiquée:

X, K (5), [C (2+3), A 2+2] G (2), supero, 4 nucules

  • Calice: le calice, gamosepalo (les sépales sont 5 et sont commodes), est un tube de forme cylindrique à campanulée. Les mâchoires se terminent par 3 à 5 lobes de manière plus ou moins bilabiée (calice zygomorphique): la lèvre supérieure a trois pointes, la inférieure a deux dents. D’autres fois, le verre est presque actinomorphe. Les lobes terminaux sont rarement épineux. La surface du verre est recouverte de quelques (9 à 15) nervures longitudinales.
  • Corolle: la corolle se termine par un tube se terminant de manière très bilabiée (corolle gamopétale formée de 5 pétales de structure 2/3 (zygomorphe) ou, dans certains cas, presque actinomorphe. Les lobes terminaux peuvent être de 4 ou 5. La lèvre supérieure est allongée, en forme de croissant et ressemble à un capuchon courbe (elle est convexe vers le haut), ou elle peut être droite ou plate avec des marges entières ou marginalisées, la lèvre inférieure est formée de trois lobes (le lobe central est plus grand est concave.) La gorge interne est munie (ou non) d’un anneau de poils pour éviter l’intrusion d’insectes trop petits et non désirés. La couleur est violacée, rose, jaune, violette, rouge vif ou blanchâtre.
  • Androceus: les étamines sont réduites à deux (la paire postérieure est vestigiale ou absente), toutes fertiles et à filaments parallèles (non convergents), elles sont également incluses (tout au plus dépassent les anthères) et sont rapprochées de la partie supérieure de la corolle .La tec il a 2 ou 1 (par avortement de l’autre). Le tissu conjonctif entre les cas chez ces espèces est très développé et les anthères sont du type balance avec un mécanisme approprié pour la pollinisation croisée (« mécanisme à levier »). Les grains de pollen sont du type tricolpate ou hexacolpé.
  • Gineceo: l’ovaire est supero (ou semi-inférieur) formé de deux carpelles soudés (ovaire bicarpellaire) et est 4-loculaire en raison de la présence de fausses divisions à l’intérieur. des deux carpelles. La placentation est axiale. Les œufs sont au nombre de 4 (un pour chaque niche présumée), ont un tégument et sont tenuschucellati (avec le nocella, stade primordial de l’œuf, réduit à quelques cellules). Le stylet inséré à la base de l’ovaire (stylet ginobasique) est du filiforme et plus long que les étamines (généralement en saillie de la corolle). La stigmatisation est bifide avec des lobes parfois inégaux. Le nectaire est un disque (4 lobes) à la base et autour de l’ovaire, plus développé antérieurement et riche en nectar

Frutti

Le fruit est un tétrachénium (composé de quatre nuculas). La forme est plus ou moins ovoïde (ou plus ou moins trigona). Les graines sont de couleur brun foncé et dépourvues d’endosperme et sont très petites (plus de 200 en un gramme).

Reproduction

  • Pollinisation: la pollinisation s’effectue par le biais d’insectes tels que les diptères et les hyménoptères, rarement de lépidoptères. (pollinisation entomogame) ou des oiseaux.
  • Reproduction: la fécondation s’effectue essentiellement par pollinisation des fleurs (voir ci-dessus).
  • Dispersion: les graines tombent au sol (après avoir été transportées à quelques mètres du vent – dissémination d’anémocore) ) sont ensuite dispersés principalement par des insectes semblables à des insectes (mirmecoria diffusion).

Répartition et habitat

Les espèces de ce genre (environ 900) préfèrent les habitats forestiers ou montagneux. La distribution est cosmopolite avec deux centres de diversité maximale: l’Asie centrale et l’Amérique du Sud. En Europe, on le trouve partout (sauf en Scandinavie); il est également présent en Transcaucasie, en Anatolie, en Asie méditerranéenne et en Afrique du Nord.

Sur les vingt espèces présentes sur le territoire italien, 9 se trouvent dans l’arc alpin. Le tableau suivant met en évidence certaines données relatives à l’habitat, au substrat et à la répartition des espèces alpines.

Taxonomie

La famille d’appartenance au genre (Lamiaceae), très nombreuse avec environ 250 genres et près de 7 000 espèces, constitue le principal centre de différenciation dans le bassin méditerranéen et comprend principalement des plantes xérophiles (au Brésil, elles sont présentes). aussi des espèces d’arbres). En raison de la présence de substances aromatiques, de nombreuses espèces de cette famille sont utilisées en cuisine comme condiment, en parfumerie, dans la liqueur et en pharmacie. La famille est subdivisée en 7 sous-familles: le genre Salvia est décrit dans la tribu des Mentheae (sous-tribu des Salviinae) appartenant à la sous-famille Nepetoideae. Dans les anciennes classifications, la famille des Lamiaceae s’appelle Labiatae.

Le nombre d’espèces incluses change continuellement dans le temps, en fonction des critères adoptés pour définir le genre. La classification infragénérique, adoptée historiquement, est largement basée sur les structures de la tige et leurs mécanismes de pollinisation respectifs.

Le nombre chromosomique des espèces de ce genre est: 2n = 12, 14, 16, 18, 20, 22, 26, 28, 30, 32, 34, 36, 38, 42, 44, 46, 48, 60 , 66, 84, 86, 240.

Phylogenèse

Le genre Salvia de la sous-tribu des Salviinae est situé dans l’un des deux clades formant la sous-tribu. Il se trouve avec le genre Rosmarinus et d’autres genres et forme un sous-stade sous-monophylétique. Le genre Salvia n’est cependant pas monophylétique.

L’anatomie de l’androceus et en particulier la structure du connecteur de tige a été examinée en profondeur pour son système de pollinisation intéressant (« mécanisme de levier »), mais aussi pour les implications. sur la taxonomie du genre. Ces analyses suggèrent une origine indépendante du connectif à tige allongée à au moins trois occasions différentes, chaque fois avec une morphologie distincte. Chaque origine indépendante du mécanisme de levier montre une progression similaire du changement de tige à partir d’un léger allongement du tissu conjonctif séparant les deux cas fertiles des cas postérieurs stériles et, enfin, de la fusion des cas postérieurs adjacents.

phylogénétique sur l’ADN de certaines régions du noyau des chloroplastes ont mis en évidence à la fois les polifilia du genre (à l’intérieur de celui-ci sont imbriqués les genres de Rosmarinus, Perovskia, Meriandra, ‘Dorystaechas et Zhumeria), mais aussi la correspondance entre la structure phylogénétique du genre avec le développement parallèle du « mécanisme à levier ».

Le genre est divisé en trois clades principaux.

  • Clade 1: comprend environ 250 espèces et se divise en trois sous-classes;
  • premier sous-ensemble: les étamines sont du type A où le connectif est allongé d’un mécanisme à levier (certaines espèces présentes: S, officinalis et S. dolomitica);
  • deuxième sous-classement: les étamines sont de type B, le tissu conjonctif est tendu avec un mécanisme à levier mais un avortement total et la fusion du thèque postérieure (certaines espèces présentes: S. sclarea, S. aethiopis et S. canariensis);
  • troisième sous-ensemble: il est composé du genre Rosmarinus avec deux espèces (étamines de type C: le seul connectif est allongé sans mécanisme à levier) et de sept espèces du genre Perovskia (étamines de type D: les cas sont normaux, contigus et fonctionnels avec un connectif court).
  • Le clade 2 comprend environ 520 espèces et est subdivisé en deux sous-classes correspondant au subg. Calosphace et subg. Audibertia; dans les deux cas, les étamines sont allongées;
  • subg. Calosphace: comprend 500 espèces avec trois types d’étamines:
  • étamines de type E: les étamines se sont développées avec un mécanisme d’équilibre et les postérieures ont fusionné (certaines espèces présentes: S. cedrosensis, S. pubescens et S. ovalifolia);
  • étamines de type F: étamines développées avec un mécanisme à bascule mais sans fusion (certaines espèces présentes: S. sagittata et S. scuttelarioides);
  • étamines de type G: le tissu conjonctif il est seulement allongé (S. axullaris).
  • subg. Audibertia: comprend 20 espèces à deux types d’étamines:
  • étamines de type H: seul connectif allongé (certaines espèces présentes: S. leucophylla et S. mellifera);
  • étamines de type I: uniquement connectif allongé (certaines espèces présentes: S. californica et S. greatai);
  • Entre le clade 2 et le clade 3, il existe (en tant que « groupe frère » du clade 2) deux espèces du genre Meriandra (étamines de type D: théca très divergente avec une division minimale du tissu conjonctif) et une espèce du genre Dorystaechas (étamines de type D: cas légèrement divergents).
  • « Clade 3 »: comprend environ 105 espèces et est subdivisé en deux sous-classes:

. 19659019] première sous-division: (sect. Eremosphace Bunge) comprend 15 espèces à étamines de type M (seulement du tissu conjonctif allongé) (certaines espèces présentes: S. aristata et S. aegyptiaca) et en tant que « groupe frère » une espèce du genre Zhumeria avec étamines de type D (divergent avec peu de tissu conjonctif);

  • deuxième sous-division: compren de 90 espèces à étamines de type N (avec mécanisme à levier et avortement total et fusion des cas postérieurs) (certaines espèces présentes: S. digitaloides et S. glutinosa).

 

Le cladogramme sur le côté, tiré de Les recherches citées montrent la structure phylogénétique du genre ainsi que la structure correspondante de la tige.

Des études encore plus récentes proposent de diviser le groupe « Salvia » en clades bien étayés circonscrivant un genre Salvia ss. et élever la secte. Eremosphace Bunge (partie du clade 3) au niveau du genre (Pleudia Raf.).

Espèces italiennes spontanées

Pour mieux comprendre et identifier les différentes espèces du genre (uniquement pour les espèces spontanées de flore italienne), la liste suit utilise en partie le système de clés analytiques (c’est-à-dire que seules les caractéristiques utiles pour distinguer une espèce d’une autre) sont indiquées.

  • SECTION A: plantes à suffrutus portant des tiges ligneuses à la base ou à coussinets touffus
  • Groupe 1A: les grandes feuilles ont une feuille de 3 à 6 cm de large, les plus basses ont généralement deux épis basaux; les dents du calice sont courtes (1 mm);
  • Salvia fruticosa Mill. – Salvia triloba: la hauteur varie de 5 à 12 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est le fanerophyte touffu (P caesp); le type chorologique est Orofita – Nord de la Méditerranée; l’habitat typique est constitué de graviers, de macereti et de falaises calcaires; c’est une plante très rare et sa répartition sur le territoire italien est relative au sud jusqu’à une altitude de 1000 m d’altitude (dans la « Flore d’Italie » de Sandro Pignatti, cette plante s’appelle Salvia triloba L. f.)
[19659019] Groupe 1B: la largeur de la lame des feuilles est de 1 – 2 cm et elles ne sont pas divisées; les dents du calice ont une longueur de 2 à 6 mm;

  • Groupe 2A: les feuilles ne sont pas triangulaires, la base est arrondie ou étroite, les marges sont crénelées ou entaillées
  • . : la forme des feuilles est ovée ou lancéolée; la corolle a une couleur différente de celle du blanc;
  • Salvia microphylla Kunth – Sauge buissonnante: le buisson est touffu avec des tiges florifères très ramifiées; l’inflorescence est composée de verticilles à 2 fleurs; la corolle est écarlate. La hauteur varie de 8 à 12 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est le fanerophyte touffu (P caesp); le type chorologique est le Mexique; c’est une plante ornementale cultivée et naturalisée dans la région de Palerme jusqu’à 600 m d’altitude. (Dans « Flora of Italy » de Sandro Pignatti, cette plante s’appelle Salvia grahami Bentham)
  • Salvia officinalis L. – Salvia domestique: l’habit est suffruticoso avec de simples tiges florifères; l’inflorescence est composée de verticillastri à 5 – 10 fleurs; la corolle est violette-bleuâtre ou pâle. La hauteur varie de 2 à 4 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est la camefita suffruticosa (Ch suffr); le type chorologique est sténo-méditerranéen oriental; l’habitat typique est constitué de falaises arides et de sols pierreux; en Italie, il s’agit d’une plante rare; on le trouve principalement dans le sud jusqu’à 300 m d’altitude.
  • Groupe 3B: les feuilles ont des formes lancéolées-linéaires; la couleur de la corolle est blanchâtre;
  • Salvia leucantha Cav. – Sauge à fleurs blanches: la hauteur varie de 3 à 8 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est camefita fruticosa (Ch frut); le type chorologique est le Mexique; c’est une plante ornementale cultivée et naturalisée en Calabre jusqu’à une altitude de 600 m
  • Groupe 2B: les feuilles sont triangulaires-astates, la base est tronquée et les marges sont entières;
[19659019] Salvia canariensis L. – Sauge des îles Canaries: la hauteur varie de 3 à 5 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est camefita fruticosa (Ch frut); le type chorologique est Canary; c’est une plante ornementale cultivée et naturalisée en Sicile jusqu’à 600 m d’altitude

  • SECTION B: plantes vivaces (ou annuelles) à tiges herbacées;
  • Groupe 1A: l’inflorescence est formée de verticillastri de 12 à 30 fleurs;
  • Salvia verticillata L. – Sauge parasite: les pédoncules des fleurs (nutantes) sont aussi longs que le calice. La hauteur varie de 3 à 8 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est Orofita – Europe du Sud-Est – Caucasien; l’habitat typique est constitué de ruines et d’incultes; en Italie, c’est une plante rare et on la trouve surtout dans le nord jusqu’à une altitude de 1 800 m.
  • Salvia napifolia Jacq.: les pédoncules des fleurs sont rigides et forment une longue moitié du calice. La hauteur varie de 4 à 10 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est l’Asie du Sud-Ouest; en Italie, il était situé dans la région de Trieste, mais a maintenant disparu.
  • Groupe 1B: l’inflorescence est formée par des verticillemicrons de 4 à 6 (jusqu’à 10) fleurs;
  • du Groupe 2A. : les dents du verre sont en spinulose;
  • Groupe 3A: les bractées de l’inflorescence sont plus longues que la corolle;
  • Salvia sclarea L. – Salvia moscatella: la hauteur varie de 5 à 11 dm; le cycle biologique est bisannuel; la forme biologique est un hémicriptophyte bisannuel (H bienn); le type chorologique est euri-méditerranéen; l’habitat typique est les pentes sèches et les bois; en Italie, c’est une plante commune et oui partout jusqu’à une altitude de 900 m
  • Groupe 3B: les bractées de l’inflorescence sont plus courtes que la corolle et le calice;
  • Salvia argentea L – Salvia argentea: la plante entière est collante; la corolle a une longueur de 15 à 35 mm (trois fois la longueur du verre). La hauteur varie de 3 à 8 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est sténo-méditerranéen; l’habitat typique est constitué de pâturages et de zones sèches non cultivées; en Italie, il s’agit d’une plante rare qui se trouve dans le sud jusqu’à une altitude de 1 400 m.
  • Salvia aethiopis L. – Salvia éthiopienne: la plante n’est pas collante; la corolle a une longueur de 10 à 15 mm (deux fois la longueur du verre). La hauteur varie de 4 à 10 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est méditerranéen – sud sibérien (steppe); l’habitat typique est les pâturages secs; en Italie, il s’agit d’une plante rare et on ne la trouve que dans le Piémont jusqu’à une altitude comprise entre 100 et 1000 m d’altitude
  • Groupe 2B: les dents du calice sont herbacées (non épineuses);
  • Groupe 4A: les feuilles sont divisées en 2 à 4 paires de segments latéraux; les pédoncules ont une longueur de 8 à 15 mm; le tissu conjonctif des étamines est inférieur (ou égal) à la longueur des filaments;
  • Salvia pinnata L.: la hauteur varie de 4 à 10 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita rosulata (H ros); le type chorologique est euri-méditerranéen; en Italie, c’était dans la région de Messine, mais a maintenant disparu.
  • Groupe 4B: les feuilles sont entières ou irrégulièrement incisées; les pédoncules ont moins de 8 mm de long; le tissu conjonctif des étamines est plus long que la longueur des filaments;
  • Groupe 5A: la corolle mesure 3 à 5 cm de long et est de couleur jaune ou écarlate;
  • Salvia splendens Sellow ex Schult. – Sauge rouge: la plante est glabre et n’est pas collante; la corolle est écarlate et ses lèvres mesurent 1/3 à 1/4 de la longueur du tube. La hauteur varie de 2 à 5 dm; le cycle biologique est annuel; la forme biologique est scaposa terofita (T scap); le type chorologique est le Brésil; c’est une plante ornementale cultivée et sporadiquement sauvage
  • Salvia glutinosa L. – Sauge gluante: toute la plante est gluante; la corolle est jaune avec des lèvres à peu près aussi longues que le tube. La hauteur varie de 4 à 6 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est Orofita – Eurasien; l’habitat typique est la forêt de feuillus; en Italie, il s’agit d’une plante commune que l’on ne trouve que sur le continent jusqu’à une altitude comprise entre 100 et 1600 m d’altitude
  • Groupe 5B: la corolle a une longueur de 6 à 30 mm et est colorée de violet, bleu, rose ou moins est pâle;
  • Groupe 6A: les feuilles sont presque toutes caulinaires avec la lamina régulièrement crénelée sur les bords;
  • Groupe 7A: les bractées sont violettes; la corolle a une longueur de 8 à 12 mm;
  • Salvia nemorosa L. – Salvia nemorosa: la hauteur varie de 3 à 6 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est Europe du Sud-Est – Sibérie du Sud (steppe); l’habitat typique est constitué de ruines sèches et non cultivées; en Italie, il s’agit d’une plante rare; on le trouve au nord jusqu’à 600 m d’altitude.
  • Groupe 7B: la couleur des bractées est verte; la corolle a une longueur de 12 à 18 mm;
  • Salvia pendula Vahl.: l’inflorescence est courbée à l’apex. La hauteur varie de 4 à 15 dm; le cycle biologique est pérenne; le type chorologique est est méditerranéen; en Italie, c’était dans la région de Trieste, mais maintenant, il a disparu. C’est probablement un hybride.
  • Salvia viridis L. – Sauge annuelle: l’inflorescence est érigée. La hauteur varie de 2 à 5 dm; le cycle biologique est annuel; la forme biologique est scaposa terofita (T scap); le type chorologique est Steno – Mediterraneo; l’habitat typique est constitué de pâturages non cultivés et secs; en Italie, c’est une plante rare et on la trouve dans le Sud (fortuit ailleurs) jusqu’à une altitude de 1000 m
  • Groupe 6B: les feuilles inférieures sont disposées en rosette et portent le limbe grossièrement dentelé, lobé et gravé ou pennatosetta;
  • Groupe 8A: le limbe de la feuille est plus ou moins profondément gravé; les bractées de l’inflorescence sont plus longues que la moitié du calice; les poils du verre sont blancs et mesurent 1 à 1,5 mm de long, en particulier dans les anses situées entre les dents; la corolle a une longueur de 6 à 15 mm;
  • Salvia verbenaca L. – Petite sauge: la hauteur varie de 2 à 5 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est méditerranéen – atlantique; l’habitat typique est constitué de pâturages non cultivés et secs; en Italie, il s’agit d’une plante commune qui se rencontre sur tout le territoire jusqu’à une altitude de 1 400 m.
  • Groupe 8B: les bractées de l’inflorescence sont moins longues que la moitié du calice; les poils du verre sont courts (0,3 à 0,4 mm); la corolle a une longueur de 11 à 30 mm;
  • Groupe 9A: les branches de l’inflorescence sont arquées; la corolle a une longueur de 11 à 20 mm;
  • Salvia virgata Jacq. – sauge arquée: la hauteur varie de 3 à 5 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est l’Europe du Sud-Est (subpontique); l’habitat typique est constitué de pâturages non cultivés et secs; en Italie, il s’agit d’une plante rare qui se rencontre dans le sud (à l’exclusion des îles) jusqu’à une altitude de 1000 m. s.l.m ..
  • Groupe 9B: l’inflorescence est simple avec peu de branches dressées; la corolle a une longueur de 20 à 30 mm;
  • Salvia pratensis L. – Sauge commune: la plante n’est pas collante; les poils glandulaires sont presque absents; l’inflorescence est cylindrique. La hauteur varie de 3 à 5 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap); le type chorologique est euri-méditerranéen; l’habitat typique est les prairies sèches; en Italie, il s’agit d’une plante commune qui se rencontre sur toute la partie continentale jusqu’à une altitude de 1600 m. s.l.m.
  • Salvia saccardiana (Pamp.) Del Carr. & Garbar: la plante est collante; les poils glandulaires sont abondants; l’inflorescence est limitée à l’apex. La hauteur varie de 3 à 5 dm; le cycle biologique est pérenne; la forme biologique est emicriptofita scaposa (H scap).

Les espèces suivantes doivent être ajoutées à la liste ci-dessus:

  • Salvia desoleana Atzei & V. Picci, 1982

Synonymes

L l’entité de cet élément a eu différentes nomenclatures au fil du temps. La liste suivante répertorie quelques-uns des synonymes les plus fréquents:

Usi

Pharmacie

La Salvia est une plante typique des régions méditerranéennes déjà utilisée par les anciens Romains et les Grecs pour ses propriétés curatives.

les espèces ont des applications en alimentation ou en phytothérapie. D’autres espèces (notamment la Salvia divinorum) contiennent des substances hallucinogènes. Enfin, de nombreuses espèces ont des utilisations ornementales: parmi les plus célèbres, Salvia splendens et Salvia elegans, bien que la même Salvia officinalis soit utilisée à des fins ornementales.

Les ingrédients actifs de Salvia officinalis sont les suivants:

  • huile essentielle (contenant du tujone, du cinéol, du bornéol, du linalol, du bêta-terpinéol et du β-caryophyllène) ayant des propriétés antiseptiques
  • de salvina et de picrosalvina sur l’appareil gastro-intestinal)
  • acide carnosique (diterpénoïde antioxydant et anti-inflammatoire)
  • triterpènes tels que l’amirine, la bétuline, l’acide cratégolique et l’acide 3-hydroxy-ursolique
  • les acides phénoliques (acide caféique, acide acide rosmarinique, chlorogénique et férulique) stimulant la vésicule biliaire
  • flavonoïdes (lutéoline, salvigénine, genkwanina, cirsimaritina et ispidulina), à action antioxydante et estrogénique

La sauge a diverses propriétés pharmacologiques qui ont été exploitées siècles:

La sauge et le soja constituent l’un des aliments les plus riches en phytoestrogènes. De là découlent des propriétés anti-hydrotiques (contre la transpiration des mains et des pieds et celle des patientes nocturnes) et des antigalactogènes, pour lesquels la sauge est un inhibiteur de la sécrétion de lait maternel.

Salvia splendens et Salvia miltiorrhiza comptent parmi les ingrédients actifs les composés suivants:

  • acide litospermique, inhibiteur du résultat de certaines tyrosine kinases et de la protéine kinase dépendante des phospholipides du calcium (PKC);
  • un autre inhibiteur de la PKC;
  • la miltirone, une ortho-benzoquinone à action antitumorale;
  • l’oxanane, un diterpène-dione qui bloque la lipoxygénase responsable de la synthèse des leucotriènes (inflammation et asthme);
  • nortanshininone , inhibiteur anti-inflammatoire de la cyclooxygénase, cible moléculaire de l’aspirine.

Articles Similaires:

Cet article vous a été utile ?
OuiNon